29 mars 2010

Cuisine des âmes - 5

Cuisine de Goules
Anthony



Dans le royaume des Goules, Ven'h est ce qu'on appelle un cuisanimiste. C'est à dire qu'à partir des âmes récoltées parmi la gent humaine, il peut tirer la substantifique moelle nécessaire à la survivance de son espèce. C'est un métier que seuls quelques élus peuvent accomplir, et chaque cuisanimiste est hautement conscient de l'importance de sa mission.
Aujourd'hui, si Ven'h va bien cuisanimer, il ne va toutefois pas le faire pour ses frères et sœurs. Aujourd'hui, il passe devant les maîtres du métier pour leur prouver son talent et obtenir le droit de travailler dans les cantines royales. Il est debout, en ligne avec plusieurs collègues concurrents qui, comme lui, espèrent décrocher le sésame. Plus qu'une reconnaissance, nourrir le Roi des Goules, leur Père à tous, serait un accomplissement pour eux.
Ven'h est confiant dans ses capacités. Il sait préparer n'importe quelle âme humaine, de la plus pieuse à la plus vile. Il sait reconnaître les sentiments qui sont un poison pour les siens et les retirer de ses griffes noires sans se contaminer, il sait assaisonner les âmes les plus difficiles pour que leur amertume disparaisse. Il sait marier les saveurs pour créer de l'inédit. Aucune recette que lui demanderaient les maîtres ne saurait lui résister, il en est certain.
L'un d'eux s'avance justement et prend la parole. L'ombre de son corps est ridée, craquelée par endroits ; ses yeux, puits ténébreux, ne brillent pas de l'éclat onyx pourtant caractéristique des Goules. Ses griffes toutefois sont encore longues et acérées. Son aspect surprend Ven'h, il a l'impression que le maître est si vieux, état impensable pour une Goule, qu'un souffle pourrait le briser définitivement.
- Bienvenue à tous, commence-t-il doucement. Vous êtes dix-huit à prétendre cuisanimer pour notre Roi. Sachez que c'est une tâche noble, la plus noble au sein de notre Royaume car ainsi, vous prolongez la vie de notre monarque, sans qui nous n'existerions pas, et par conséquent celle de votre peuple dans son ensemble. Je sais que vous êtes conscients de l'enjeu mais je le répéterai tout de même. Nous ne prendrons que les meilleurs d'entre vous, car si le Roi meurt, toutes les Goules qu'il a engendrées meurent avec lui. Il n'y a pas de quota dans cette épreuve : vous pourrez tous réussir comme tous échouer.
Ven'h fait cliqueter ses griffes. Il lui tarde de commencer.
- Suivez-nous à présent, conclut le maître.
Le groupe se met en route et, mené par les cuisanimistes royaux, il ne tarde pas à arriver dans la salle qui lui est réservée.

Les cuisines royales occupent une aile entière du palais du Roi des Goules. Non pas que le monarque et ses proches aient un appétit démesuré, mais ceux qui y officient préparent également les âmes pour nourrir la population des alentours. La plus grande partie de la salle est remplie de gigantesques étagères sur lesquelles sont entreposées des fioles contenant les âmes humaines. Entre les planches, les Goules récolteuses, qui réapprovisionnent les stocks, expirent les âmes qu'elles ont aspirées dans des flacons vides et étiquettent soigneusement le récipient. C'est un ballet multicolore qui s'agite devant Ven'h et les cuisanimistes. Il y a là plus d'âmes qu'il n'en a jamais vues réunies ! Chaque humain a une couleur d'âme qui lui est propre, dépendante de sa vie, de ses croyances. Chaque variation de texture, chaque imperfection est un évènement que Ven'h a appris à déchiffrer. Les nouveau-nés ont une âme blanche, lisse, car ils n'ont rien connu. Les personnes les plus vertueuses ont une âme jaune. Plus la teinte est intense, plus le goût est fort. Les âmes dorées sont les plus recherchées. Rouge pour les assassins, noir pour les hommes mauvais. Bleu pour les amants.
- Sans trop tarder, commençons l'épreuve, reprend le même vieux maître.
Celui-ci est passé près des étagères sans s'arrêter, emmenant la troupe dans son sillage. Il l'emmène jusqu'à de grands plans de travail où, devine Ven'h, l'on doit préparer les âmes en grande quantité et à la chaîne. Aujourd'hui, elles sont vides et étincelantes.
- Installez-vous s'il vous plaît, indique la vieille Goule d'une griffe. Vous allez devoir préparer le plat unique que mange notre Roi : l'Ame Argentée...
Les cuisanimistes sont interloqués, les yeux interrogateurs. Il en va de même pour Ven'h. Jamais il n'a entendu parler d'un tel plat ! L'argent n'existe pas dans les âmes humains. Il faudrait quelqu'un qui ait passé sa vie dans la neutralité, et c'est un mythe. La neutralité absolue, l'absence d'impact autour de soi est impossible, dès la naissance c'est joué.  Il regarde autour de lui : apparemment, personne n'a entendu parler de cette recette. Est-ce que les maîtres veulent les évaluer sur leurs réactions face à l'inconnu ?
Il faut que j'agisse en premier. S'ils veulent de l'argenté, je dois leur en fabriquer...
Ven'h quitte la table de travail, les griffes écartées, et se dirige vers les étagères. Il est un prédateur en chasse à présent de cette couleur qui lui permettra de réaliser son rêve. Aucun maître ne lui demande s'il abandonne, il doit être sur la piste. Il aborde ses frères et sœurs récolteurs :
- Salutations. Je recherche une âme argentée, savez-vous si vous avez ça en stock ?
La Goule devant lui répond que non, les suivantes aussi. On lui montre le registre des âmes, récapitulant l'état des stocks. C'est un gigantesque éventail de toutes les nuances chromatiques. Quelques âmes dorées, quelques cuivrées, mais pas d'autres nuances métalliques. Il y en a bien des grises, mais il est impossible d'ajouter de la lumière dans une âme. Eclaircir la teinte, l'assombrir, la modifier oui, en la mélangeant correctement...
Une âme argentée... Ce doit être une image.
Ven'h a initié un mouvement de foule. Les autres cuisanimistes parcourent les rayonnages à leur tour, interrogeant les récolteurs, lisant les étiquettes ou d'autres registres. Certaines repartent avec quelques fioles, la démarche hésitante, et Ven'h craint de se voir dépasser.
Peut-être dois-je imaginer ce que serait le goût d'une telle âme ? Mais aucune saveur ne me vient à l'esprit. Du chagrin bleu, de la joie jaune à parts égales ? De la passion rouge et de l'indifférence décolorée ? Tout va s'annuler, ce sera un plat fade. Mais c'est ma seule piste.
Ven'h à son tour s'empare de fioles. Parmi les lucioles plus ou moins chatoyantes, plus ou moins lisses, il ne sélectionne que les âmes sans imperfection, celles d'hommes et de femmes constants, qui n'ont jamais dévié de leur idéal de vie, qu'il soit bon ou mauvais. Elles sont rares et le travail est fastidieux. Sur les tables de travail, certaines Goules cuisaniment déjà.
Ven'h commence à son tour. Il étale les âmes devant lui et de ses griffes, cisaille et coupe, abrase et polit, déchiquète et perce. Ses coups sont précis, et contrairement à ce qu'on pourrait penser, aucun n'est dû au hasard. Il voit dans les tréfonds des âmes les formes qu'elles doivent avoir pour libérer leur saveur, pour se marier avec les autres, pour que les proportions soient parfaites. Il goûte sa création. Il a obtenu un plat gris et sans saveur, comme il s'y attendait. Chaque âme s'est mariée avec son contraire, tant et si bien qu'elles se sont toutes annulées. Impossible de croire que le Roi des Goules puisse ne manger que cela. Tout à ses sombres pensées, il n'entend pas un des maîtres venir derrière lui et regarder par-dessus son épaule.
- Tu y es presque cuisanimiste. Tu n'as pas encore mis tout ce que tu avais, toutefois.
Ven'h sursaute et se retourne, mais la vieille Goule a déjà fait demi-tour pour inspecter d'autres plats. Il regarde autour de lui : personne ne semble avoir entendu. Il aurait vraiment pris la bonne voie ?
Je n'ai pas mis tout ce que j'avais ?
La Goule regarde toujours le maître s'éloigner de sa démarche lente de vieillard. Les autres juges sont tout aussi chenus, la noirceur de leur corps est ridée, craquelée... Tous les cuisanimistes du Roi ont l'air vieux. La lumière se fait soudain dans l'esprit de la créature. Il comprend ce qui rendra son plat argenté. Il ne sait pas encore comment procéder, mais il a compris. Il prend entre ses griffes le mélange d'âmes. Il est à la fois aérien et lourd, liquide et solide. Ven'h ferme les yeux en malaxant la pâte grise puis, pris d'une impulsion soudaine, l'ingurgite. Il se force à contenir l'ensemble dans son corps ténébreux sans l'assimiler puis le régurgite. Oui, voilà ! Les âmes sont argentées à présent !
Ven'h passe une griffe sur son visage. Une craquelure a fait son apparition. Il comprend de quoi se nourrit le Roi des Goules. De ses sujets, de ses propres enfants. Les cuisanimistes sont sa nourriture, leur vie est mêlée à la mort des humains.
La Goule est fière de sa découverte. Fière d'être capable de nourrir son Roi. Elle ferme les yeux. Victoire...

Posté par InFolio à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Cuisine des âmes - 5

    Mourir pour que les autres vivent! Il faut bcp d'abnégation.
    Très beau conte initiatique.
    Sourire
    Vanina

    Posté par Vanina, 31 mars 2010 à 09:52 | | Répondre
Nouveau commentaire