09 novembre 2009

Quand la science et la fiction se rejoignent

Quand l’humain s’habille du robot

Exosquelettes : usage civil

Pour donner aux hommes des capacités de robots, l’une des pistes mise en œuvre actuellement est l’emploi d’exosquelettes. Un exosquelette est un dispositif mécanique dans lequel la personne s’installe, comme Icare dans sa gangue de cire pour avoir des ailes et voler dans la mythologie grecque. « Vous le portez, c’est tout. Comme votre peau, comme vos vêtements » spécifie Juan Rico dans « Etoiles, Garde à Vous ! » (Starship Troopers) de R. A. Heinlein « Il prend ses ordres directement de vos muscles et il fait plus qu’eux ». En accompagnant les mouvements des muscles, il augmente les capacités physiques de celui qui le porte comme le font les bottes de sept lieues du Petit Poucet dans conte. Ce système emploie une source d'énergie embarquée (autonome) et trouve des applications à la fois dans le domaine civil et militaire.

Les usages civils permettent soit une aide simple, soit une restauration de fonctions dégradées, soit une amélioration de fonctions existantes [1]. « A l’intérieur, se trouvent des capteurs de pression, par centaines. Supposons que vous appuyiez sur quelque chose avec la paume : le circuit perçoit cette pression, il l’amplifie, il appuie avec vous pour supprimer la pression exercée sur les récepteurs qui ont, justement, déclenché l’ordre d’appuyer. » détaille Juan Rico dans « Etoiles, Garde à Vous ! ».

Au japon, l’Université de Nagoya a ainsi proposé un système permettant de soulager les muscles d’ouvriers travaillant en permanence les bras en l’air [2]. L’exosquelette ReWalk [3] développé par la société Argo Medical Technologies est destiné à faire marcher des paraplégiques. Le Power Pedal de Matushita Electric [4] aide le déplacement de personnes affaiblies des jambes et permet d’amplifier jusqu’à sept fois la puissance musculaire fournie. Pour des personnes ayant des difficultés à faire certains mouvements, HAL (Hybrid Assistive Limb) [5] [6], développé par une société japonaise Cyberdine, apporte une aide musculaire sur les membres inférieurs et supérieurs. Et un modèle de l’Institut de Technologie de Kanagawa [7] autoriserait de soulever une masse de 100 kilos comme si elle n’en pesait que 50. Les tenues complètes sont relativement lourdes à porter, mais le poids est également compensé par le système lui-même, comme le décrit très bien R. A. Heinlein : « Tout équipé, il doit peser dans les deux mille livres. Pourtant dès qu’on vous a bouclé à l’intérieur, vous courez, vous sautez, vous pouvez vous étendre, prendre un œuf sans le casser […]. »

Dans le film « Apple Seed - Ex Machina » de Shinji Aramaki qui s’inspire du manga « Appel Seed » de Masamune Shirow, des travailleurs portent eux aussi de tels équipements, par exemple, pour décupler leur force au transport de lourdes charges. Dans ce même manga, les deux personnages principaux faisant partie des forces de l’ordre, Deunan et Briareos portent des exosquelettes pour combattre et se déplacer (modules volants).

Ainsi, l’usage des exosquelettes ne se limite pas à l’aide aux personnes handicapées ou l’aide aux travailleurs, il présente également un intérêt pour les militaires qui vient en eux un moyen d’améliorer les soldats.


[1] http://pagesperso-orange.fr/jp.guihard/memoire/biard/Biard.pdf

[2] http://www.physorg.com/news122543315.html

[3] http://www.argomedtec.com/

[4] http://www.gizmodo.fr/2007/06/18/un_exosquelette_pour_les_gambe.html

[5] http://www.cyberdyne.jp/English/robotsuithal/index.html

[6] http://robotimpact.free.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=427&Itemid=1

[7] http://www.gizmodo.fr/2007/10/08/un_exosquelette_de_superheros.html

Posté par InFolio à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Quand la science et la fiction se rejoignent

    Etonnantes possibilités !
    Les "bottes de 7 lieues" revisitées! Du conte à la réalité ! J'ai beaucoup aimé lire cet article, voir l'Exosquelette en mouvement et apprendre toutes les possibilités de ces extraordinaires robots expliqués dans le Mémoire de Nicole Briard !

    Posté par MAP, 09 novembre 2009 à 10:59 | | Répondre
  • J'ai bien sûr pensé à Jean Dominique Bauby atteint d'un "locked in syndrom". Son livre "Le scaphandre et le papillon" et le film qui en a été tiré m'ont énormément touchée !

    Posté par MAP, 09 novembre 2009 à 11:19 | | Répondre
  • Du rêve à la réalité, c'est génial mais ça fait un peu peur aussi non ???? en tout cas bravo In Folio pour cet article si bien documenté ... MAP en ce qui concerne J.D. Bauby, j'avais été très touchée comme vous par le livre mais je ne sais pas pourquoi, j'ai eu du mal ensuite avec le film et pourtant Almaric interprète très bien ... l'éternelle différence entre l'imagination du lecteur et celle du réalisateur

    Posté par mc d'augé, 09 novembre 2009 à 14:28 | | Répondre
  • Merci pour vos messages !
    C'est vrai que c'est un sujet vaste. Il y a d'ailleurs une deuxième partie le mois prochain.

    Posté par InFolio, 12 novembre 2009 à 19:27 | | Répondre
Nouveau commentaire