30 novembre 2008

Le feuilleton du dimanche

Princesse et petits pois

InFolio

Épisode 5

Résumé de l’épisode 4 : Où l’on a vu le prince, plus malin que les autres, observer ses rivaux, se faire accepter par les villageois et découvrir tout ce qu’il était possible de découvrir sur le seigneur, sa dame et surtout leur fille…

A force de gentilles attentions et paroles amicales autour d’un verre avec divers habitants du village, le jeune homme finit, mine de rien, par en savoir assez sur le château pour s’y déplacer sans se perdre. Il avait même une indication sur la probable position de la chambre de la jeune fille.
Il allait devoir se munir de sucreries pour amadouer les deux chiens qui gardaient le château ; et à la faveur de la nuit il devrait pouvoir, au prix de quelques acrobaties le long du mur se prêtant le mieux à une escalade discrète, atteindre un toit et entrer par un grenier.
Ainsi qu’il l’avait prévu, il réussit à grimper par une nuit sans lune jusqu’au toit. Relever quelques tuiles pour entrer dans le grenier lui causa néanmoins bien du tracas, car il ne voulait pas faire de bruit et les tuiles n’étaient pas très coopératives. Il finit par repérer une lucarne dont il put forcer le loquet. Elle donnait sur la cour, ce qui rendit sa tâche périlleuse, mais c’est alors que les sucreries lui furent d’un grand secours pour éviter des aboiements accusateurs.
Arrivé à ce stade, le soleil ne devant pas tarder à se lever, il jugea plus prudent de ne pas bouger de la journée. En plus des provisions de bouche qu’il avait apportées, il put déguster de belles tranches de jambon fumé, le hasard l’ayant mené dans le grenier où étaient entreposés des dizaines de jambons suspendus au plafond. Il se reposa, sous une toile de jute qui se trouvait là, dans un recoin sombre. Ainsi, même si le grenier était visité, on ne le verrait pas.
La nuit revenue, il se remémora le plan du château qu’il avait pu imaginer à partir des récits des habitants et explora le château jusqu’à trouver les chambres.
S’assurant que les parents étaient bel et bien dans la chambre où il s’attendait à les trouver, il referma doucement la porte et la coinça. Puis, avec précaution, il ouvrit la porte de la chambre de la jeune fille… qu’il trouva vide. Enfin, qu’il crut vide pendant un instant, car il y avait un signe de présence humaine : une bougie brûlait.
Il n’eut pas beaucoup de temps pour s’appesantir et réfléchir à la présence de cette bougie. Il fut vite obligé de reporter son attention ailleurs quand une chose se précipita sur lui, et l’agrippa brutalement, en essayant de le faire tomber.
Il lui fut facile de bloquer, chacun avec une main, les poignets de la furie. Il s’agissait bien d’une fille, deux bras, deux jambes, une tête, de longs cheveux blonds. Elle s’agitait cependant toujours assez pour lui donner de nombreux coups de ses pieds nus dans les tibias (des caresses pour lui – mais elle devait se faire mal aux orteils), et trop pour qu’il puisse distinguer son visage.
Les paroles douces ne la calmèrent pas ; il lui fallu en arriver à la douleur en serrant un peu plus fort ses poignets pour qu’elle s’arrête de le frapper. Il continua de lui parler pour la tranquilliser, lui répétant qu’il ne lui ferait pas de mal.
Enfin elle releva la tête et cessa ses coups. Toujours en la maintenant, d’une seule main maintenant pour bloquer les deux poignets au dessus de la tête de la fille, il écarta, de sa main libre, les cheveux ébouriffés qui masquaient son visage.

Ep5

* * *

En réponse à l'appel "Princesse et petits pois"

Posté par stellasabbat à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Le feuilleton du dimanche

    Ah là là , ça c'est trop dur d'attendre encore toute une loooooongue semaine pour savoir la suiiiiiiiiiiite !!!

    Posté par MAP, 30 novembre 2008 à 12:07 | | Répondre
Nouveau commentaire