cochon-dinde (2)

(suite)
Elevé en basse-cour, il est très facile à engraisser : il se nourrit seul avec ce qu’il trouve dans la cour de la ferme. Sa chair blanche et rose est très appréciée.
Ses œufs, très gros et très gras, sont très nourrissants, et peuvent tous être mangés puisque l’hybride, contre toute attente et pour de sombres raisons génétiques, se reproduit à la façon des mammifères.
On distingue le cochon-dinde mâle et le cochon-dinde femelle. Le mâle est reconnaissable à son plumage localisé qui lui permet de parader devant les femelles. Ces dernières, en revanche, sont dotées de queues en tire-bouchon (un plumage aurait probablement gêné la mise-bas).
Le cochon-dinde glougloutonne.

Texte: Val
Illustration: Papistache
(ci-contre: photo d'un cochon-dinde mâle)

Commentaires sur cochon-dinde (2)

Poster un commentaire
Nouveau commentaire

Le petit dictionnaire illustré de la SFFF - A à H : 49 photos

Permalien

DiaporamaDiaporama